CUNO AMIET (1868-1961)

Amiet-31-roug
Cuno Amiet, « Fillette », 1930, huile sur toile, 159 x 95 cm

Élève de Frank Buchser, dès 1884, un ami de son père. Élève de l’Académie des beaux-arts à Munich (1886-1888), puis de l’Académie Julian à Paris (1888-1892). En 1887, à Munich, Amiet se lie avec Giovanni Giacometti d’une amitié qui durera toute sa vie. En 1892, il résout une crise intérieure en se rendant à Pont-Aven (F) pour un an: il découvre Gauguin, Van Gogh et pose les bases de son art de coloriste. A son retour en Suisse, son emploi de la couleur pure est rejeté. Sous l’influence de Ferdinand Hodler avec qui il est très lié jusqu’en 1905, il se confronte au Jugendstil. Puis, remarqué par le groupe expressionniste Die Brücke, il en devient membre (1906-1913). Revenant à une expérimentation purement coloriste, il développe dès lors une œuvre indépendante et abondante, marquée par quatre thèmes essentiels: le jardin, la récolte de fruits, le paysage hivernal, l’autoportrait. Il réalise aussi de nombreuses peintures murales (1901-1952). Le village bernois d’Oschwand, où il s’établit en 1898, devient un centre de création et de villégiature artistique dès 1908. Membre de la Commission fédérale des beaux-arts (1911-1915 et 1931-1932) et du Moderner Bund (1912); docteur honoris causa de l’université de Berne (1919); membre des commissions de la Fondation Gottfried-Keller (1934-1948) et du Musée des beaux-arts de Berne (1935-1948). Expositions à la Biennale de Venise (Pavillon suisse, 1934, 1954). La réception de son œuvre, affranchie de l’influence de Hodler dès 1905, souffre encore de cette comparaison. A. est toutefois à part entière un des pionniers de la peinture moderne en Suisse pour avoir introduit le primat de la couleur dans le principe de composition. (Source: DHS)