MARIE JOSÉ IMSAND
Exposition du 26 avril 2013 au 26 mai 2013

aronef-iijpg

Marie-José Imsand, dans ses œuvres, n’a cessé de réserver des surprises, même à nous qui pensons la connaître. Cette artiste au long cours a tâté il y a des années la matière des ardoises. Elle a passé par Montréal sous le souffle de Francine Simonin, avec le sens des élans et des masses. Elle s’est laissé séduire par la Roumanie et ses contextes, porter par une Asie rêvée, aux volutes d’encre de Chine. Et voici que, sur du papier de Chine, elle a passé ensuite à des monotypes, et du même coup à la peinture.

Dans sa cabane de chantier, son chalet en pleine ville de Lausanne, au bout de l’avenue de France, elle travaille cinq à six heures par jour, le week-end inclus. «C’est grâce à ce rythme, dit-elle,  que la peinture à l’huile livre petit à petit ses secrets». Elle s’est fait connaître par ses portraits d’homme au regard noir, avec son chien au long nez, étape importante de son parcours pictural, tout comme par ses silhouettes des danseurs qu’elle aime fréquenter. On retrouve beaucoup de personnages dans cette nouvelle exposition, souvent féminins, et l’une des grandes surprises est sa vision des fleurs. En vérité dans cette évolution de son travail nous assistons au triomphe de la couleur avec le pouvoir des rouges et des tonalités inspirées.